* Imprimer

  Ecouter ce message
ou Télécharger en MP3 (7,11 Mo)

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Nos priorités pour 2012

Avant que nous soyons venus en Belgique pour vivre et travailler ici nous avons fait quelques visites pour voir un peu comment allaient les choses, apprendre un peu la Belgique. En 1998 nous avons passé une semaine à Liège lors de la mission "En avant la vie".

Puis, au début de1999 nous sommes revenus pour faire un stage de 5 semaines. Nous avons passé 2 semaines et demie tout près de Binche et puis 2 semaines et demi ici en Ardennes. A ce moment là nous avons rencontrés certains d'entre vous, même que nous ne savions pas qu'un jour nous serions ici pour "du vrai".

Cette deuxième fois que je suis venu en Belgique en 1999 j'ai du conduire pour la première fois à l'étranger. Je n'avais pas de gros problèmes sauf que le volant était du mauvais côté... Mais une chose que j'ai trouvé vraiment bizarre, c'était la priorité de droite, le fait qu'on doive, parfois, céder le passage à celui qui vient de la droite, même s'il vient d'une toute petite route. J'ai appris que si on se trompe les conséquences peuvent être graves - au moins c'est ce qu'on m'a dit. Jusqu'à maintenant je n'ai pas eu d'accident mais, il y a 13 ans, en tant que débutant sur les routes belges, il fallait apprendre les règles de priorités.

Et c'est sur le thème de nos priorités que j'aimerai me concentrer pendant quelques minutes aujourd'hui. Comme vous le savez bien, aujourd'hui, nous sommes vraiment au début de 2012 et c'est un bon moment pour considérer nos priorités pour l'année à venir. Nous allons lire quelques versets et voir ce qu'ils ont à nous dire à propos de comment nous arrangeons notre vie.

Priorité N° 1 : Dieu

Nous commençons dans Matthieu 6 et je vous lis le verset 33: "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus."

Notre première priorité doit être Dieu.

Peut-être que cela vous est déjà évident mais il vaut la peine de le redire. Dans le passage qui comprend ce verset Matthieu parle de la prière - la prière pour ce dont nous avons besoin pour vivre de jour en jour. Il est facile de dire que nous voulons mettre Dieu en première place dans notre vie mais la pratique est parfois plus difficile. Et cela surtout quand nous nous sentons harcelés par la vie quotidienne.

Quand nous sommes chargés, les premières choses que nous laissons tomber sont les disciplines spirituelles - la prière, la lecture de la bible - nos moyens de communiquer avec notre Seigneur et de nous fortifier. Le problème auquel nous devons faire face c'est que dans notre société nous sommes tous, plus ou moins, trop chargés plus ou moins tout le temps. Je mets l'accent sur des questions de notre temps, soit disant, "personnel" avec le Seigneur parce que, pour beaucoup, c'est une des choses la plus difficile à maîtriser dans la vie Chrétienne. Et c'est aussi souvent une de nos résolutions du nouvel an: "Lire plus la bible. Prier plus."

La promesse de ce passage c'est que si nous cherchons Dieu en premier, les autres choses vont se mettre plus naturellement en place. "Chercher" ici parle, quand même, de l'effort. Il me semble qu'il y a plusieurs façons de chercher. Certaines épouses vont reconnaître la première:

"Chérie, est-ce tu sais où est mon truc?"
"Oui, mon cher, c'est dans la chambre."
"J'y suis! Je ne le vois pas…"

Elle entre dans la chambre et elle trouve directement le "truc" qui était là, vraiment devant ses yeux… Pas trop d'effort là. L'autre sorte de "chercher"; c'est retourner toute une pièce pour retrouver ce qu'on cherche. On regarde même là où c'est impossible que "le truc" soit caché - en dessous de l'imprimante qui n'a pas bougée depuis 3 ans ou dans les casseroles dans la cuisine!

Chercher le royaume de Dieu, qui d'ailleurs, parle de l'ensemble de notre vie chrétienne - prend de l'effort. Mais nous ne perdons rien quand nous mettons Dieu en premier.

Passer du temps dans la présence de Dieu - pour l'adorer, pour le prier, pour l'écouter, pour apprendre de lui, n'est jamais du temps perdu - même en plein milieu d'une journée bien remplie. Mais il est quand-même difficile. Je le sais. Nous luttons contre plusieurs forces - une nature parfois paresseuse, un manque de temps, les demandes d'autrui… et ainsi de suite. Je suis certain que chacun entre nous connaît les forces contre lesquelles nous luttons. Et je ne veux pas rouer de coups ce point. Parfois nos raisons, nos excuses sont légitimes. Parfois elles ne le sont pas.

A ce sujet je ne veux pas nous culpabiliser non plus. Mais j'aimerais bien nous rappeler un simple fait: Nous avons une relation avec notre Dieu. Les relations sont toujours fluides, intéressantes, imprévisibles et elles ont aussi besoin d'être entretenues. Un jour n'est pas comme un autre. Luttons pour que cette relation soit la plus importante de notre vie. Je ne nous donne pas de règles ou de "comment faire". Comme je ne nous donnerai pas de règles ou de "comment faire" pour parler avec un de nos amis chers. J'aimerai, peut-être, simplement nous aider à voir autrement quelque chose qui peut parfois sembler être plus une obligation et une charge qu'une joie.

Priorité N° 2 : Nous

Pour notre deuxième priorité je vous lis Hébreux 10:25. "N'abandonnons pas notre assemblée, comme c'est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour."

Notre deuxième priorité pour 2012 c'est nous - l'église. Encore une fois, cela n'est pas une grande surprise. Je ne dis pas que vous devez être présent à chaque réunion et à chaque événement. Je veux parler plutôt, ce matin, d'une attitude - parce que notre attitude influence toujours notre action.

J'aimerai poser une question, vous pouvez répondre dans votre tête. Je n'ai pas d'intention d'ouvrir un débat. C'est une question rhétorique! "Pourquoi venez-vous à l'église?"

Si notre première pensée a été que nous venons pour notre plaisir, pour nous sentir mieux, j'ose suggérer que nous venons pour des raisons qui ne sont pas entièrement justifiables. Pourquoi? Parce que, au moment où "je" deviens la raison pour venir, "je" deviens consommateur. Nous devenons consommateurs de l'église comme nous sommes consommateurs de la bonne nourriture et consommateurs des émissions à la télé. Mais l'église n'est pas là pour être consommée. C'est peut-être pourquoi la bible nous donne une image de l'église comme une famille et un corps et non pas comme un club ou un magasin.

Dans les magasins nous avons toujours du choix. Si nous n'aimons pas un produit qui vient de chez Delhaize, nous ne l'achetons plus, ou nous allons au GB... ou à Aldi... Nous pouvons choisir entre des dizaines de sortes de fromages, de pain, de dentifrice, de mouchoirs - et ces choses se trouvent entre des milliers d'autres produits. Beaucoup de choix.

Et dans l'église? Si nous n'aimons pas ce qui se passe dans l'église nous pouvons la quitter, nous pouvons chercher ailleurs, nous pouvons l'abandonner, nous pouvons rouspéter pour montrer notre mécontentement. Sauf que la bible nous dit "Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi." Et vous le savez - cela n'est pas un choix. C'est un commandement pour ceux qui font partie de la famille de l'église.

Quelqu'un a dit ceci: "Le moment où vous vous joignez à votre église parfaite elle ne sera plus parfaite." Nous savons bien que l'église parfaite n'existe pas - mais nous insistons parfois, quand même, que nos frères et sœurs dans l'église soient parfaits. Nous sommes de drôles de créatures. Mais ceci est seulement un problème quand nous sommes consommateurs. Si nous sommes serviteurs les uns des autres le problème disparaît.

Dans 2012 nous espérons arriver au bout de la construction d'un nouveau bâtiment qui, un jour, bientôt peut-être, sera un lieu pour nos rencontres. Mais ce bâtiment ne vaudra rien si l'église qui va l'habiter ne fonctionne pas comme elle devrait fonctionner. Avoir un bâtiment ne va pas changer le caractère fondamental de cette église pour le bien. Et tout le long de la route nous allons bien voir le caractère de l'église - sommes-nous consommateurs ou serviteurs?

Le respect des priorités

Je vais suivre ces deux priorités avec quelques mots sur le respect des priorités. Je lis de Jacques 5:12. "Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement."

Dans le passage où se trouve ce verset Jacques parle des promesses que les gens font. Il prévient les destinataires de sa lettre qu'il n'y a pas besoin de jurer. Que votre oui soit oui et que votre non soit non veut dire que vous avez décidé de ce que vous allez faire et que votre parole est suffisante.

Quand nous connaissons nos priorités nous pouvons dire oui ou non avec confiance. Il me semble qu'un des plus grands dangers dans l'église c'est que nous disons "oui" à tout; de peur de décevoir quelqu'un. Mais parfois il faut dire "non", sans même donner une excuse ou une raison.

Chaque famille, chaque couple, chaque homme, chaque femme, chaque jeune et chaque enfant doit connaître ses priorités et ses limites. Et sa réponse, son "oui" ou son "non" vient en fonction de cette connaissance.

L'église ne fonctionnera pas du tout si tout le monde est épuisé et fatigué parce que nous ne savons pas dire "non". Jésus ne nous a pas appelé à nous fatiguer en faisant tout et n'importe quoi. Il y a un travail dur à faire, bien sur. Mais comme Ephésiens 2:10 nous le dit: "Nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions."

Il y a des choses bien précises que Dieu veut que nous fassions. Ce sont des choses pour lesquelles il nous équipe. Nous perdons de l'énergie et du temps (au moins!) si nous essayons de faire des choses qui ne sont pas à nous de faire ou prendre des charges qui ne sont pas à nous de porter. J'ajoute ici qu'il y a certaines choses qui doivent être fait et qui peuvent être fait par n'importe qui dans l'église. Il ne faut pas un don de déménagement pour bouger des chaises et des tables - bien qu'il faut l'esprit d'un serviteur, il n'existe pas non plus un don particulier de faire la vaisselle… Je parle plutôt des choses qui comprennent ce que nous pouvons appeler "notre ministère", là où nous avons un don et un appel.

Pour ceux qui sont demandé: Prenez le temps de réfléchir avant de répondre quand quelqu'un vous demande quelque chose. Il y a très peu de choses, même des choses importantes, qui demandent une réponse immédiate.

Pour ceux qui demandent: Donnez à l'autre la possibilité d'avoir du temps pour prier et pour réfléchir. Il y a très peu de choses, même des choses importantes, qui demandent une réponse immédiate. Aussi aux demandeurs: respectez la réponse que l'on vous donne, même, et surtout si c'est "non".

Si nous vivons selon ces petits conseils notre "oui" puisse être "oui" avec confiance. Et aussi notre "non" puisse être "non" sans crainte.

Vous allez répondre, peut-être, "N'est-ce pas un peu risqué de dire à tout le monde qu'ils peuvent dire 'non'? Plus rien ne sera fait!" Est-ce que c'est un risque? Oui, c'est possible.

Il y a deux choses à dire là-dessus: Ce que nous décidons de ne pas faire, aussi bien que ce que nous décidons de faire, montre nos priorités en tant qu'église. Si Dieu est notre première priorité et, puis, si nos relations dans l'église sont notre deuxième priorité, nos activités vont couler de cela. Nous saurons dire "OK, stop!" ou "Vas-y, Go!" pour n'importe quelle activité sur base de nos deux priorités fondamentales.

Deuxièmement, s'il y a plein de 'non' aux demandes, il y a des questions à nous poser. Est-ce que nous essayons de trop faire? Cette activité, est-elle vraiment ce que Dieu veut que nous fassions? Est-ce que c'est quelque chose dans laquelle, moi, je dois m'impliquer ou non? Est-ce que nous supposons juste que quelqu'un d'autre va le faire si nous disons "non"?

Nous, les chrétiens, sommes forts pour commencer des nouvelles activités, nous avons plein d'idées. Nous sommes beaucoup moins forts pour arrêter les activités qui n'ont plus d'utilité pour l'église, pour nous. Mais, il faut se souvenir du fait qu'il y a des limites à ce que nous pouvons faire - en tant qu'individus et en tant qu'église. Dire "oui" à une chose c'est forcement dire "non" à quelque chose d'autre. Et parfois nous devons dire "non" même à quelque chose de bonne pour rester sur nos priorités.

Conclusion

Je n'ai pas donné une liste complète de nos priorités. Nous nous trouvons face à des questions de priorité chaque jour. Il nous faut de la sagesse.

Et il plait à Dieu de nous aider. Jacques 1:5 nous le dit: "Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée." Et cela surtout quand nous cherchons à faire ce qu'il veut que nous fassions.

Au début de cette année j'aimerais nous encourager, chacun, chacune, simplement de demander à Dieu si nos priorités sont dans l'ordre correct. Est-ce que les choses que nous trouvons importantes sont des choses importantes aux yeux Dieu.

Pour résumer ces quelques mots sur nos priorités, je veux vous lire quelques paroles de Jésus: "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes."


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications