* Imprimer

  Ecouter ce message
ou Télécharger en MP3 (12,7 Mo)

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Malachie 2:10-16

Un appel à la fidélité

Ce matin je commence directement avec la lecture de notre passage, puis je vais vous poser une question. Lisons Malachie 2:10-16 ensemble.

Un mot clé

Dans le passage que nous venons de lire il y a un mot clé qui va servir pour nous ouvrir ce que dit le prophète Malachie. Qu'est-ce que ce mot clé ?

C'est le mot "infidèle" qui revient cinq fois dans ces six versets. Malachie parle de l'infidélité aux autres, infidélité à Dieu et puis l'infidélité aux conjoints. Pour mon message ce matin je vais retourner ce mot, changer l'infidélité à la fidélité parce que je crois que les paroles de Malachie sont pour nous un appel à la fidélité. Nous allons parler donc de la fidélité aux autres, la fidélité à Dieu et pour finir la fidélité aux conjoints. C'est un thème important dans le contexte de notre église et aussi, pour ceux entre nous qui sont mariés, important dans le contexte de nos mariages.

Qu'est-ce qui se passait?

Quand nous lisons les paroles de Malachie il est évident qu'il parle de quelque chose de grave qui se passait dans la communauté d'Israël. Ce qui n'est pas évident c'est exactement ce qui se passait.

Il y avait un problème et ce problème trouve sa source dans le passage que nous avons regardé la semaine passée. Les prêtres n'ont pas fait ce qu'ils devaient faire en tant que responsables du peuple. Ils n'ont pas pris au sérieux leur responsabilité d'enseigner les voies du Seigneur. Ils se sont écartés des voies du Seigneur eux mêmes et le peuple les a suivit. A cause de cela beaucoup ont chutés - c'est-à-dire beaucoup de personnes se sont détournés des commandements de Dieu.

Je vais essayer, sans trop entrer dans les détails, de vous donner un résumé de ce qui se passait, la nature du problème. Comme les premiers versets du passage nous montrent, les relations interpersonnelles dans la communauté d'Israël n'étaient pas en bon état. Une personne ne pouvait pas avoir confiance dans une autre. Ce problème de relations venait du fait qu'il y avait un problème dans la relation entre le peuple est Dieu. Voici la situation générale.

Qu'est-ce qui se passait en plus pour que Malachie parle aussi fortement au peuple? Il semble que pas mal d'hommes juifs se mariaient avec des femmes païennes. Ceci les amenait à tomber dans l'idolâtrie, quelque chose que Dieu détestait. Mais il y a un autre aspect au problème. Beaucoup de ces hommes, pour se marier avec des femmes païennes, divorçaient leurs femmes juives. C'est le pire des exemples du problème des relations entre les gens. Un exemple qui aurait pu avoir des conséquences graves pour l'avenir du peuple de Dieu.

Un texte difficile - que faire?

Le langage originel de ce passage était l'hébreu. Dans ce que je vais dire maintenant je commence en vous disant que je ne sais pas lire ou traduire l'hébreu. Ce que je vous partage c'est le fruit du travail d'autres personnes beaucoup plus doués que moi dans ce domaine. Selon tous les commentaires que j'ai pu lire sur ce passage, tout le monde dit qu'il y a trois des six versets qui sont vraiment difficiles à comprendre et à interpréter dans l'hébreu. Cela veut dire que dans nos versions françaises de la bible il y a des différences dans les traductions. Chaque traduction reflète la compréhension de ces versets de celui qui l'a fait. Et les différences peuvent sembler grandes! Nous pouvons arriver à des bonnes conclusions, rassurez-vous, mais il faut un peu de travail. Quand nous parlons de ces versets je vais vous donner quelques explications. Il faut dire aussi que, même avec ces différences de traductions, le sens du passage est le même - l'appel à la fidélité reste bien évident.

Qu'est-ce que la fidélité ?

Parlons premièrement de la fidélité tout courte. Une question se pose. Qu'est-ce que la fidélité, ou l'infidélité, dont Malachie parle? Pour répondre à cette question il faut creuser un peu dans l'histoire d'Israël. Au temps d'Abraham Dieu a fait une alliance avec lui. Dieu lui a fait une promesse : "Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit: Telle sera ta postérité. Abram eut confiance en l'Eternel" et une nation fut fondée. Puis, plus tard, dans Exode, Dieu entend les pleurs des esclaves hébreux en Egypte. Il "se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. Dieu regarda les enfants d'Israël, et il en eut compassion." Il a fait sortir son peuple d'Egypte et, par Moïse, il a fait une nouvelle alliance avec le peuple. Il leur a dit "Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m'appartiendrez entre tous les peuples." Ils répondent : "Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit." Et "Moïse rapporta les paroles du peuple à l'Eternel."

Cette alliance est la toile de fond pour toutes les questions sur la fidélité. Une alliance est une promesse fait entre deux personnes d'agir d'une certaine manière. Si tu fais une alliance et puis tu ne te tiens pas à observer les demandes de l'alliance tu es, simplement, infidèle. On ne peut plus avoir confiance en toi.

Fidélité aux autres - verset 10

Au verset 10 Malachie parle de ce qui se passe dans la communauté du peuple d'Israël. Et ce n'est pas bon. Il rappel aux gens qu'ils devraient être unis parce qu'ils ont un héritage commun. Il pose deux questions rhétoriques. "N'avons-nous pas tous un seul père? N'est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés?"

L'unité du peuple d'Israël est fondée sur une chose - Dieu lui-même - créateur et père. Pour le peuple la chose qui les tient ensemble c'est l'alliance que Dieu a fait avec eux. L'essence de l'alliance se trouve dans à deux endroits dans l'Ancien Testament, il y en a deux parties. Deutéronome 6 dit, par rapport à la relation avec Dieu, "Ecoute, Israël! l'Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. Tu aimeras l'Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force." Puis, la relation entre les membres de la communauté est résumée dans Lévitique 19 : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel." Cette phrase vient vers la fin de tous les commandements qui Dieu donne au peuple pour comment faire fonctionner la communauté.

Ce qui devient claire c'est que l'infidélité du peuple envers Dieu les a amenés à ne plus être fidèles envers les uns les autres. Ceci n'est rien de nouveau. Quand notre relation avec Dieu ne fonctionne pas bien sur ce que nous pouvons appeler le plan vertical, nos relations humaines ne fonctionne pas très bien non plus sur le plan horizontal. Pour finir, si tu n'as pas beaucoup d'estime pour Dieu tu n'auras pas beaucoup de soucis pour ceux qu'il a créé. Et c'est exactement ce qui se passait en Israël. Puisque une personne, il semble, n'avait avoir aucun regard pour une autre l'alliance était violée. Ceci parce que la partie de l'alliance qui parle de la relation entre les membres humains de l'alliance est aussi important que la partie qui parle de la relation avec Dieu.

Ceci à des implications profondes pour nous, les membres de la nouvelle alliance en Jésus-Christ. Il est impossible de dire que nous aimions et servons Dieu si notre comportement envers nos frères et sœurs n'est pas ce qu'il doit être. L'Apôtre Jean le dit dans les mots beaucoup plus inspirés : "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. Si quelqu'un dit: J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas? Et nous avons de lui ce commandement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère."

Fidélité à Dieu - verset 11-13

A partir du verset 11, Malachie passe au sujet de l'infidélité à Dieu et les conséquences de cette infidélité pour le peuple. Premièrement nous apprenons la nature de l'infidélité - Juda, synonyme pour tout le peuple, "s'est uni à la fille d'un dieu étranger".

A plusieurs reprises Dieu dit à son peuple qu'ils ne doivent pas faire des mariages avec les païennes. Dans Genèse, Exode, Deutéronome, Nombres et 1 Rois il le dit. Je cite Deutéronome 7 : "Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils." Et nous nous demandons pour quoi. La réponse se trouve dans le verset suivant : "ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d'autres dieux, et la colère de l'Éternel s'enflammerait contre vous: il te détruirait promptement".

Le problème n'est pas le racisme ou que Dieu n'aime pas les peuples autour d'Israël. Le problème c'est que se marier, exprès, avec quelqu'une, ou quelqu'un, qui ne partage pas la même foi peut tourner en désastre. Nous savons bien que, selon le premier commandement, Dieu a dit "Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face". Dieu cherche à ce que son peuple n'a qu'un seul Dieu, qu'ils se consacrent à lui, qu'ils ne servent que lui et qu'ils restent purs. Mais, si son peuple commence à se marier avec ceux qui louent un autre dieu ils seront tenté à faire une de deux choses. Ils vont, soit, se détourner complètement de Dieu pour louer le dieu de leur conjoint, soit ils vont essayer d'intégrer ce nouveau dieu dans leur adoration du vrai Dieu. Les deux sont fatales et Dieu n'accepte pas qu'une personne agisse ainsi. De tels mariages sont donc l'abomination dont Malachie parle au verset 10. Un des commentateurs sur ce passage a dit que "Puisqu'un couple marié doit avoir un commun accord pour pouvoir vivre heureux ensemble, l'un ou l'autre doit compromettre dans les questions de la religion." Et, connaissant la nature humaine, la tendance c'est de faire ce qui est le plus simple, ce qui demande le moins d'effort. Et le Dieu de la bible est beaucoup plus exigent que les dieux des païennes qui ne demandent rien et qui ne donnent rien.

A ce point-ci Malachie exprime son désir que Dieu puisse agir, qu'il enlève du milieu du peuple ceux qui commettent un tel péché. Eux et leur postérité. Malachie est zélé pour la gloire de Dieu et il veut qu'il n'y ait rien dans la communauté qui touche à sa gloire. Ses paroles sont fortes, la seule chose que nous ne voyons pas clairement dans certaines versions de la bible c'est que Malachie parle de ses désirs.

Quand nous lisons : "L'Eternel retranchera l'homme qui fait cela" il faut comprendre que Malachie dit "Que l'Eternel retranche l'homme qui fait cela". Est-ce que Dieu l'a fait ? Nous ne savons pas, mais ce qui est certain qu'il allait faire si son peuple n'écoutait pas.

Nous ne savons pas combiens d'hommes se sont mariés avec des femmes païennes mais c'était un nombre conséquent. Sinon pourquoi parle-t-il d'Israël et Jérusalem? Pourquoi parler comme si quelque chose de terrible se passe ? Partout dans le pays, même à Jérusalem, ville capitale et centre de la louange de Dieu, les hommes contractent des mariages répréhensibles aux yeux de Dieu.

Si on arrêtait là, peut-être les choses n'auraient pas été si graves. Mais, il y a pire. "Ce qui est consacré" au verset 11 est le temple, le sanctuaire de Dieu. Il semble que les hommes mariés aux femmes païennes continuaient à apporter des offrandes au temple pour louer Dieu. Ils prétendaient être des adorateurs fidèles de Dieu. Mais en venant ils profanaient le temple. Et à cause de cela Dieu refuse de les écouter ou de les bénir.

Le verset 13 nous dit "Voici encore ce que vous faites: Vous couvrez de larmes l'autel de l'Éternel, De pleurs et de gémissements, En sorte qu'il n'a plus égard aux offrandes Et qu'il ne peut rien agréer de vos mains." L'image que Malachie nous présente ici est frappante. Ce n'est pas simplement quelques larmes qui tombent. C'est assez pour inonder, submerger et noyer l'autel. C'est un véritable épanchement de sentiments et de cris. Mais Dieu connait le cœur de ceux qui viennent pleurer et il les tourne le dos. Il n'accepte pas leurs offrandes, qui veut dire qu'il ne va pas répondre à leurs prières. Il ne va pas les bénir tant qu'ils restent dans leur péché. Ceci est un principe que nous trouvons partout dans la Bible. Dieu ne bénit pas son peuple quand ils sont en rébellion contre lui. C'était vrai dans l'Ancien Testament, vrai dans le Nouveau et vrai aujourd'hui. Les pleurs et les gémissements, tant qu'ils ne soient pas accompagnés par la repentance et l'action n'ont pas beaucoup de valeur aux yeux de Dieu.
L'activité religieuse tout seul ne vaut rien si c'est un substitut pour l'obéissance. L'Apôtre Paul reconnaissait ce fait quand il a dit aux Corinthiens : "En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort". Les hommes d'Israël était triste, mais pas aussi triste que ça.

Et ils ne comprennent pas pourquoi Dieu les ignorait, ou, au moins ils semblent ne pas comprendre. Qu'est-ce que la réalité ? C'est difficile, voir impossible, à dire. Mais Malachie va continuer à les montrer leur erreur devant Dieu, leur manque de fidélité.

Fidélité dans le mariage - verset 14-16

A partir du verset 14 nous trouvons l'exemple le plus flagrant du problème de fidélité dans la communauté d'Israël. Ces versets sont, évidement, fort liés aux versets qui précédent et nous allons les considérer ensemble quand nous parlons de comment ces versets nous touchent aujourd'hui.

Dernièrement je lisais des commentaires dans un forum. Le sujet de discussion était une enquête qui a été fait aux Etats Unis. L'enquête était au sujet de la compréhension moderne du mariage. Le titre de l'enquête était "Qui a besoin du mariage ?" Plus que 40% de ceux qui ont répondu pensaient que le mariage est démodé et destiné à l'extinction. Il y avait un petit échange dans le forum que je trouvais intéressant. Une personne a dit "Le mariage n'est pas question de sexe ou de genre, c'est l'amour qui compte." Quelqu'un d'autre a répondu "Non, on se marie pour les bénéfices". Il parlait, je crois, des avantages fiscaux et, pour les américains, l'assurance santé. Une réponse un peut cynique, je trouve, mais au moins il reconnait que le mariage est plus que l'amour qu'on ressent.

Selon la Bible, un mariage est premièrement une alliance, une alliance qui concerne trois personnes. L'homme, la femme et Dieu. Dieu est témoin des promesses fait entre les membres du couple. Et le couple doit rendre compte à Dieu pour ce qu'ils font ensemble.

Le premier verset de notre passage nous a montré l'unité du peuple en Dieu. Dans un couple l'homme et la femme sont unis. Ils sont frère et sœur. Mais dans un mariage la relation est encore plus profonde. Selon Malachie la femme d'un homme est sa compagne. C'est un mot qui parle d'une relation plus proche que celle qui existe entre frère et sœur. C'est l'entremêlement de deux vies. La séparation fait des dégâts énormes. Cependant, certains, mais pas tous, des hommes d'Israël ont divorcé leur femme. La phrase "la femme de ta jeunesse" fait monter l'indignation parce qu'elle implique une longue histoire de fidélité de la part de la femme. Ces hommes se débarrassent des femmes qu'ils ont connues peut-être dès l'âge de 14 ou 15 ans. C'est une trahison incroyable.

Et puis nous arrivons au verset 15. Apparemment, le verset 15 est considéré le verset le plus difficile à saisir et interpréter dans l'Ancien Testament. Pourquoi ? L'hébreu du verset est assez vague. Il est difficile de décider de qui on parle dans le verset, aussi quel verbe va avec quel objet, et comment structurer la phrase dans une traduction. Cela va dire quand dans les différentes versions de la Bible en français il y a plusieurs interprétations de ce verset. Si vous lisez, comme moi, dans la version Louis Segond, vous avez les paroles suivantes : "Nul n'a fait cela, avec un reste de bon sens. Un seul l'a fait, et pourquoi? Parce qu'il cherchait la postérité que Dieu lui avait promise. Prenez donc garde en votre esprit, Et qu'aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse!"

Les premières et dernières parties du verset sont bonnes. Mais la phrase au milieu qui parle de "un seul" est moins claire. Prenons donc la première partie du verset : " Nul n'a fait cela, avec un reste de bon sens." Ici Malachie dit, tout simplement, qu'un homme juste, un homme avec intégrité, un homme fidèle qui aime Dieu ne rompra jamais avec "la femme de sa jeunesse" pour courir après une autre femme.

Je n'ai pas le temps ce matin d'entrer dans tous les détails de comment on peut traduire et interpréter la phrase qui se trouve au milieu du verset. Si cela vous intéresse, venez me voir pour en découvrir plus.

Selon mes propres études, je crois que la meilleure façon de lire cette partie du verset c'est comme ceci: "Qu'est-ce que l'on cherche ? Une postérité qui vient de Dieu". Le "un seul" de la version Segond devient "on" sous forme d'une question dont la réponse est le désir d'avoir des enfants qui, par la suite, aimeront Dieu. Dans le contexte du passage c'est la façon la plus simple de comprendre les mots d'hébreu. Nous voyons aussi que Malachie nous donne un des raisons d'être du mariage, c'est aussi une joie! - produire des enfants, et, dans un mariage entre deux croyants, des enfants qui vont aussi aimer Dieu.

Si nous pensons pour un instant au verset 12 qui parlait de "retrancher des tentes de Jacob" celui qui se marie avec une femme païenne le verset 15 devient encore plus clair. Si Dieu enlevait du milieu du peuple ceux qui avaient des femmes païennes, et qui produisaient des enfants, la continuité du peuple sera en danger. Si, pour finir, tous les hommes cherchaient des femmes d'autres pays et d'autres dieux il n'y aurait pas une nouvelle génération d'enfants consacrés à Dieu. La fidélité est donc essentielle pour le peuple dans le plan de Dieu.

Aujourd'hui, pour ceux entre nous qui ont des enfants, je crois que c'est notre désir que nos enfants suivent le Seigneur. Que mon fils soit roi ou éboueur, qu'il aime Dieu. Mais dans un mariage où il n'y a qu'un croyant la tâche d'élever un enfant dans les voies du Seigneur est d'autant plus difficile. Attention! Il ne faut pas croire que, juste parce que nous sommes chrétiens, tout ira bien pour nos enfants. Il arrive, dans la vie de chaque enfant, le moment où il doit décider pour lui-même qui il va suivre. Il ne fait pas toujours la bonne décision et cela est plus que pénible pour ses parents. Cela ne change pas leur désir pour leur enfant. Cela ne veut pas dire non plus que l'enfant va toujours persister dans son incrédulité. Mais c'est tellement difficile à vivre pour les parents. Il nous faut de l'humilité quand nous sommes à côté des parents qui vivent ainsi, les soutenir sans les juger. De l'autre côté, une femme chrétienne avec un mari non-croyant, ou l'inverse, peut élever des enfants qui sont, à leur tour, aussi des chrétiens.

Le principe qui se trouve dans ce verset c'est qu'un homme doit rester fidèle à son épouse, avec l'espérance qu'ils vont avoir, ensemble, une descendance qui aime Dieu. C'est ce que cherche Dieu aussi. C'est pourquoi Malachie dit : "Prenez donc garde en votre esprit, Et qu'aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse!" C'est un ordre auquel nous allons retourner dans quelques instants.

Le verset 16 nous présente encore des problèmes au niveau de l'hébreu. C'est un verset un peu ambigu dont il y a deux interprétations possible. Selon la version Segond le verset dit : "Car je hais la répudiation, Dit l'Eternel, le Dieu d'Israël, Et celui qui couvre de violence son vêtement, Dit l'Eternel des armées." Une autre version, la version TOB dit : "En effet, répudier par haine, dit le SEIGNEUR, le Dieu d'Israël, c'est charger son vêtement de violence, dit le SEIGNEUR le tout-puissant".
Voici, en gros, les deux possibilités pour ce verset.

La plupart des commentateurs se penchent vers la deuxième version mais il sera possible de débattre sur quelle est la meilleure version jusqu'à ce que le Seigneur ne revienne - et puis on peut lui poser la question... En fait, ce qui est clair dans les deux possibilités c'est que Dieu est contre le divorce. Divorcer sa femme c'est lui faire la violence. C'est un attaque sur le mariage qui laisse des cicatrices émotionnels graves pour celle qui a été rejeté et abandonné.

Une chose qu'il faut dire c'est qu'il ne faut pas appuyer seulement et simplement sur ce verset pour avoir toute notre théologie de divorce. Il faut regarder tous les conseils de Dieu la dessus. Et pour faire cela il nous faudra toute une série de prédications. Selon la Bible il y a des causes justifiables pour le divorce, mais les hommes du temps de Malachie n'en avaient pas.
Cette parole a été adressée à des hommes juifs qui divorçaient leurs épouses juives pour se marier avec des femmes païennes. C'était une situation grave, le divorce est un sujet grave mais il faut préciser ici que Malachie parle à ceux qui se divorçaient pour un rien. Leurs femmes n'ont rien fait de mal, mais ils cherchaient des nouvelles femmes et ils s'en débarrassaient des anciennes.

Conclusions - Prenez garde

Ce passage dans Malachie est sérieux. Malachie aborde un sujet délicat, il doit affronter un gros problème dans la communauté d'Israël. Il ne parle pas de ce qui se passera si un jour, peut-être... il parle d'une situation courante. Nous pouvons imaginer qu'il était entouré par des femmes juives qui pleuraient, abandonnées pour les femmes païennes. C'est un désastre national qui se produit. Ce qui dit Malachie est dirigé vers les hommes, parce que, à cette époque là, seulement l'homme avait le droit de commencer un divorce. De nos jours chaque membre du couple à ce droit.

Si je parle plutôt aux hommes c'est parce que je suis un homme, mais ce que je dis maintenant compte pour les hommes et les femmes. A chacun et chacune de l'appliquer à lui, ou elle-même.

Quels sont les conseils de Malachie alors ? "Prenez donc garde en votre esprit, Et ne soyez pas infidèles!" Pour ceux qui sont mariés depuis longtemps, la femme de ta jeunesse n'est pas, peut-être, aussi belle qu'elle n'était avant. Mais, toi non plus, tu n'es pas aussi beau. Mais la fidélité c'est la décision de rester ensemble malgré les années qui passent. Comme aimer est une décision, il en est ainsi de la fidélité. C'est un choix et celui qui choisi de rester fidèle doit veiller sur lui-même.

Dans notre monde la fidélité est une petite chose, pas trop importante pour beaucoup de gens. Pour le chrétien la fidélité est fondamentale. Il faut garder les promesses faites - à Dieu, à notre conjoint. Il y a tant de choses qui peuvent faire tourner notre tête, il y a des choses qui essayent de nous rendre mécontent dans notre mariage. Avoir une liaison secrète, se divorcer... ce sont des choses banales pour beaucoup. Nous sommes même, je crois, au point dans notre société que ceux et celles qui restent fidèles sont perçus comme un peu bizarre. Peut-être à admirer, d'une certaine manière, mais bizarre quand même. Il ne faut pas le croire. Il ne faut pas succomber à la pression du monde d'agir comme eux ils agissent.

Prenez garde en notre esprit c'est veiller à ce que nous faisons et ce que nous disons. Rester fidèle demande un peu d'effort. Il faut s'investir dans la fidélité - qui ne veut pas dire, pour les hommes, que vous devez juste acheter des fleurs de temps en temps, bien que cela soit apprécié j'imagine. Prenez garde c'est prendre du temps pour être ensemble, c'est changer l'horaire chargé s'il le faut. Prenez garde c'est ne pas parler de ton conjoint (homme ou femme - je précise!) derrière son dos - que cela soit, soit disant, "pour la prière" ou non. Prenez garde c'est chercher son bien au prix de ton bien.

Il me semble que ces choses sont aussi applicables dans la vie de l'église, là où il faut aussi la fidélité. Prenons donc garde en notre esprit, Et ne soyons pas infidèles! Soyons fidèles : aux autres, à Dieu et à notre conjoint.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications