* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Jean 12:1-8

La vraie adoration

Ce matin nous allons encore une fois laisser de côté nos études dans 1 Corinthiens. Dans deux semaines nous allons célébrer la résurrection de Jésus à Pâques. Aujourd'hui j'aimerais passer du temps avec vous pour regarder un incident dans la vie de Jésus qui avait lieu la semaine avant sa crucifixion. Nous allons lire le récit biblique par la suite, premièrement je vais essayer de raconter l'histoire avec le but de la faire vivre un peu pour vous.

Nous sommes observateurs de quelque chose de très important qui se passe entre Jésus et ceux avec lesquels il partage un de ses derniers repas. Tout au début de son évangile l'apôtre Jean nous a raconté l'histoire d'un autre repas - le mariage à Cana en Galilée. Jésus avait choisi ses premiers disciples et il était sur le point de commencer son nouveau ministère au près de son peuple. Le mariage à Cana était une scène de joie et d'attente, qui sait ce qui va se passer dans les jours à venir?

Maintenant, une semaine avant sa mort l'atmosphère à ce repas dont nous allons parler est plus sombre. Il y a le sens que quelque chose va bientôt arriver. L'hostilité de ceux qui n'aiment pas Jésus est de plus en plus évidente. Il y a certains qui cherchent même sa vie. Bien que ses disciples soient ignorants de tous les détails Jésus sait ce qui lui attend à Jérusalem. Cela ne l'empêche pas d'aller vers la ville sainte, mais il a le cœur lourd. Nous pouvons imaginer qu'à ce diner la conversation est plus calme, personne ne pousse des cris de joie, personne ne rigole trop.

Jésus, avec ses disciples, est retourné à Béthanie après un séjour de quelques semaines dans une petite ville qui s'appelait Ephraïm. Béthanie n'était pas loin de Jérusalem et c'était le village où habitaient ses chers amis Lazare, Marthe et Marie. Avant de faire face à l'épreuve qui est devant lui il pause pour passer un moment agréable avec cette famille si chère. Chez eux il va trouver un peu de soulagement avant de faire les trois kilomètres qui lui sépare de son destin.

Mathieu et Marc dans leurs évangiles nous disent que Jésus se trouve ce soir-là dans la maison de Simon le lépreux. Avec lui sont ses disciples - le douze. Il y a aussi Lazare, celui que Jésus a ressuscité d'entre les morts quelques semaines avant. Il y a Marthe qui travail pour servir tout le monde, toujours juste comme elle était le jour où Jésus est venu pour la première fois, le jour où elle a crié sur Marie parce que Marie écoutait les paroles de Jésus au lieu de travailler comme il fallait. Et il y a Marie qui, dans quelques instants, par ce qu'elle va faire, va attirer les regards de tous ceux qui sont assemblés.

C'est le samedi soir, le Sabbat est terminé, la nouvelle semaine commence et c'est le moment pour manger. Ce soir-là le repas se fait en honneur de Jésus. Tout le monde est à table sauf Marthe et Marie. Marthe travaille, elle s'occupe des besoins de tous. Marie se prépare. Les invités sont allongés sur des coussins autour d'une table basse, tête vers la table, les pieds derrière.

Marie entre dans la pièce, personne ne la regarde. Elle va vers Jésus et quand elle est tout près elle s'agenouille et elle prend son vase d'albâtre, elle rompt le vase et elle répand le parfum qui est dedans sur Jésus, sur sa tête, sur ses pieds. Puis elle défait ses tresses et elle commence à essuyer les pieds de Jésus avec ses cheveux. L'odeur douce du parfum remplie la pièce. Tous ceux qui sont présent s'arrêtent de manger et ils regardent Marie. Peut-être que Marie hésite, tout autour d'elle il y a des regards d'étonnement, les coups d'œil entre des gens. Qu'est-ce qu'elle fait? Elle est dépourvue de tout sens? Une femme qui agit ainsi!

Et puis, après quelques instants de silence il y a une voix, une voix forte et cassante. "Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres?" Marie meurt un petit peu en elle. Quelle honte. Elle baisse la tête, elle pense, peut-être "Qu'est-ce que j'ai fait... oui, c'était du parfum cher, exquis et rare, d'une valeur énorme, mais c'était pour mon Seigneur non? Pourquoi ces gens me jugent-ils." Les mots de Judas sont suspendus en l'air, on peut sentir la tension monter. Les autres, pensent-ils la même chose que Judas?

C'est Jésus qui prend la parole "Laisse-la tranquille." Il s'adresse à Judas et sa voix est dure, ce n'est pas le moment pour être doux et gentil. Il n'est pas du tout content. Les autres ne savent pas encore ce que va faire Judas, ils ne savent pas que dans quelques jours Judas va livrer leur maitre pour beaucoup moins de 300 deniers. Mais Jésus, il le sait, il connait le cœur de Judas, il sait que cet homme, son disciple, est un voleur et un traitre. Judas ne pense pas aux pauvres, il ne pense qu'à lui-même et à ses propres désirs.

Jésus regarde de nouveau Marie, il voit la peine dans ses yeux et il dit avec plus de douceur "Laisse-la garder ce parfum pour le jour de ma sépulture. Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais vous ne m'avez pas toujours."

Et c'est à ce point-là que la scène se termine. Le rideau tombe et l'écrivain Jean se tourne vers un autre sujet.

L'histoire de Jésus à Béthanie est assez bien connue, ce récit se trouve dans trois des quatre évangiles. Pour l'Apôtre Jean c'est un moment très important. Tout au long de son évangile il a montré comment les gens ont pris position pour ou contre Jésus. Certains l'aimaient, d'autres le détestaient. Mais c'est parmi ceux qui sont les plus proches de Jésus que nous trouvons les plus grandes différences. D'un côté nous avons Marie qui, par son acte extravagant, montre son amour pour Jésus. Elle l'adore et son adoration est mise en pratique. De l'autre côté nous avons Judas, un des douze, un disciple, un privilégié. Il a passé trois ans avec Jésus, mais son cœur est froid. Oui, il semble être bon, en homme droit, il pense aux pauvres, mais à l'intérieur tout est noir, la lumière n'a pas pu pénétrer.

Avant d'aller plus loin nous allons lire l'histoire comme Jean l'a écrite. Nous lisons dans Jean 12:1-8. Qu'apprenons-nous de ces deux personnages? Je crois qu'au-dessus de tout nous voyons la différence entre la vraie adoration et la fausse piété.

Je ne vais pas parler beaucoup de Judas. En effet, quoi dire? Son caractère se révèle bien dans cette histoire. Jean nous parle de lui avec la sagesse qui vient du fait que nous pouvons toujours regarder en arrière. Au moment de cette histoire le vrai caractère de Judas n'était pas du tout évident. Il avait l'apparence d'un homme dévoué. Il disait tout ce qu'il fallait dire. Il connaissait les bonnes expressions. Il avait appris les tournures de phrase des autres disciples. Nous pouvons dire qu'il parlait le langage du royaume. Mais c'était une façade. Au-dedans de lui il n'y avait eu aucun changement. Il semble que les trois ans passés en compagnie de Jésus ne l'ont pas touché.

Jean nous dit que Judas était un voleur. Il était trésorier pour le groupe et il s'est servit du contenu de la boîte à monnaie pour s'enrichir. Si le parfum avait été vendu a 300 deniers il y aurait eu pas mal d'argent dans la cagnotte. Et Judas aurait su prendre un petit peu ici, un petit peu là. C'était son habitude. C'est certain que les pauvres auraient reçu une partie, il ne fallait pas que Judas se dévoile comme ça. Mais il aurait pris une bonne partie pour lui-même, Judas ne voulait pas être pauvre.

Avec ces mots Jésus reprend Judas. Il voie à travers les bonnes paroles de son disciple et il ne va pas laisser Judas gâcher ce moment si important. Pour Judas il est probable que c'était ce reproche qui a scellé sa décision de trahir Jésus et de lui livrer aux autorités juives. Il faut dire que Jésus ne disait pas que nous devons ignorer les pauvres pour nous concentrer seulement sur lui. Non, aider ceux qui ont besoin de notre aide matérielle ou financière est notre devoir en tant que disciples de Jésus. Ce que Jésus disait c'est qu'il y avait un moment important à respecter. Les pauvres seront toujours là le lendemain, les disciples peuvent les aider plus tard. Mais aujourd'hui il est plus important de penser à Jésus et ce qu'il va lui arriver. Si un tel commentaire venait d'un homme ordinaire cela montrerai un orgueil incroyable. Jésus n'était pas un homme ordinaire, il était, il est le fils de Dieu, digne de l'adoration que Marie lui offre, adoration à laquelle personne d'autre dans la pièce pensait.

Parlons maintenant de Marie. Elle nous donne un exemple de la vraie adoration. Il y a deux choses que nous pouvons voir dans ce qu'elle a fait pour Jésus.

Premièrement c'était couteux. 300 deniers était le salaire qu'un ouvrier pouvait gagner en un an. Marie a beaucoup donné. J'ai fait un peu des recherches sur les prix des parfums de nos jours. Le parfum le plus cher au monde coute 195.000 euros, mais ce prix comprend aussi un flacon très élaboré de baccarat, or et diamants. Si vous voulez acheter le parfum tout seul vous ne payerez que 52 euros le millilitre. La Bible nous dit que Marie a versé un livre de parfum sur Jésus, cela fait un peu près 330ml - l'équivalent d'une canette de Coca-Cola. Pour nous aider à nous situer un peu: 330ml du parfum le plus cher au monde dont je vous ai parlé vous coutera un peu plus que 17.000 euros aujourd'hui. Cela fait quoi par rapport à ce que le belge "moyen" gagne? En Belgique le salaire moyen s'élève à 29.500 euros par an. Si vous gagner moins que cela c'est celui à côté de vous qui gagne plus. Même pour un belge "moyen", 17.000 euros n'est pas la totalité de son salaire annuel.

Le parfum que Marie avait répandu sur Jésus était fait du nard. Le nard était une huile faite d'une plante qui poussait dans le nord d'Inde. A cause de cela il coutait très cher - presque 90 euros le millilitre, si vous alliez l'acheter aujourd'hui. Ce que Marie avait était "du vrai", du nard pur. Comment est-ce possible qu'une femme comme Marie aurait eu un tel objet - ce parfum précieux dans son vase fait d'albâtre? C'était peut-être son héritage ou, plus probablement, son dot - l'argent qu'une femme apportait dans un mariage pour faire preuve de sa valeur en tant que "partenaire". Avec son acte d'adoration Marie s'est privé d'un avenir confortable. Elle a tout donné et elle ne s'attendait pas à recevoir quoi que ça soit en retour. Son adoration était couteuse, c'était un sacrifice fait avec joie, par amour pour celui qui a déjà tant fait, tant donné pour elle.

Deuxièmement, par ce qu'elle a fait Marie a tirée les regards et la désapprobation de ceux qui étaient là dans la maison de Simon le lépreux. Dans sa culture le travail de laver les pieds d'un autre était réservé aux esclaves. Marie s'humiliait devant tout le monde. En plus elle a défait ses cheveux, quelque chose qui ne se faisait jamais en présence des hommes.

Dans les récits des Apôtres Mathieu et Marc nous trouvons que d'autres ont posés par la suite la même question que Judas a posée. Dans Mathieu il est écrit que "les disciples, voyant cela, s'indignèrent, et dirent: A quoi bon cette perte?" Dans son histoire Marc nous dit que "quelques-uns exprimèrent entre eux leur indignation: A quoi bon perdre ce parfum?" Marie a du se sentir tellement seule. Ceux qui devraient, au moins, essayer de comprendre son sacrifice sont ses plus grands critiques.

Qu'apprenons-nous de cette histoire? L'adoration de notre Seigneur peut être couteuse, et cela dans deux sens.

Dans l'Ancien Testament le roi David voulait construire un autel sur un certain terrain pour faire un sacrifice à Dieu. Le propriétaire du terrain lui a offert tout ce dont il avait besoin pour faire son sacrifice, tout gratuit, sans prix à payer. David lui a répondu : "Je ne vais quand même pas offrir au Seigneur mon Dieu des sacrifices qui ne me coûtent rien!"

Nous ne pouvons pas offrir au Seigneur quelque chose qui nous a rien couté. Marie à offert à Jésus son avenir - sans héritage, sans dot, elle risquait des ennuies dans les années à venir. Mais cela ne l'avait pas empêché d'exprimer son amour pour son Seigneur.

Qu'est-ce que le prix de l'adoration? Cela dépend de chaque personne. Pour chacun de nous qui vient à lui Jésus demande que nous mettons tout à ses pieds pour lui suivre. Nous devons abandonner les choses qui nous sont chères - notre orgueil, notre égoïsme, notre désir de pourvoir à nos propres besoins. Et parfois il demande aussi que nous abandonnions nos conforts en plus. Diminuer nos heures de travail pour lui servir plus. Abandonner un passe-temps que nous aimons bien pour consacrer plus de temps à lui. Donner des jours ou un week-end pour travailler dans les choses pratiques de l'église. Aider simplement les autres. En fait, les possibilités sont nombreuses et selon qui nous sommes le coût pour une chose ou une autre sera plus ou moins important. Mais le principe reste le même - nous n'offrirons pas un sacrifice qui nous coute rien.

L'autre prix c'est les regards des autres que nous allons avoir. Même les regards d'autres chrétiens. Nous pouvons faire quelque chose pour le Seigneur et cela soit mal compris par tous, même d'autres chrétiens. Notre acte d'adoration extravagante peut être mal vu parce que quelqu'un puisse dire "Nous ne faisons pas les choses comme ça par ici!" Ceux qui regardaient Marie ne voyaient pas un sacrifice d'amour, ils ne voyaient que du gaspillage.

Notre désir d'adorer le Seigneur, notre action pour le faire ne sera pas automatiquement acceptée par tout le monde. Combien de missionnaires ont du souffrir les commentaires et les reproches, même des autres membres de leur famille, quand ils ont annoncés qu'ils partent pour servir le Seigneur à l'étranger? Quelle folie d'abandonner un travail bien rémunéré pour poursuivre un bête rêve!

Combien de gens ont eu des critiques quand ils ont dit qu'ils ne peuvent pas faire une telle ou une telle chose parce qu'ils ont d'autres priorités? Vous préférez passer du temps dans la prière qu'aller boire une bière avec vos copains? Bizarre!

Cela ne doit pas être énorme pour être couteux. Au moment où nous nous sentons seuls, mal compris, jugé pour notre désir de suivre Jésus nous nous trouvons dans le même sac que Marie. Notre décision de suivre et d'adorer le Seigneur ne sera pas supportée pas tous. Mais c'est le Seigneur lui-même qui vient à notre secours. C'est lui qui nous rassure de la valeur de notre adoration, que nous faisons quelque chose qui lui plaît.

D'où est venue l'adoration de Marie? Pourquoi faire ce qu'elle avait fait? La réponse - c'était par amour pour Jésus. Qui me rappelle deux autres versets dans le Nouveau Testament. L'apôtre Luc dans son évangile raconte une histoire semblable à celle que nous avons lue ce matin. Il faut noter qu'il ne parle pas du même événement. Vous pouvez lire son histoire dans Luc 7:36 à 50. A la fin du passage Jésus explique la conséquence des actions de la femme qui lui a oint les pieds. "C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés: car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu." Nos actes d'adoration coulent du fait que nous avons été beaucoup pardonnés. Celle qui connait le poids écrasant de ses péchés sait ce que c'est la liberté d'avoir été pardonné. Celui que prend son péché à la légère ne se rend pas compte de combien il a besoin d'être pardonné et combien il peut être pardonné. Marie aimait beaucoup. Judas aimait très peu.

Le deuxième verset se trouve dans 1 Jean 4 le verset 19 : "nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier." Notre salut commence avec Jésus. C'est lui qui est venu, selon la volonté de son Père, mourir pour nous à la croix - mort qui n'aurait eu lieu qu'une semaine après ce qui s'est passé à Béthanie. Il est allé à la croix par amour pour nous - non parce que nous le méritons, non parce que nous sommes aimables. C'était son choix, fait pour nous gagner et fait de nous des enfants de Dieu qui prennent part à l'héritage du véritable fils de Dieu. Voici notre raison pour adorer le Seigneur. Il en est digne.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications