* Imprimer

  Ecouter ce message
ou Télécharger en MP3 (16,52 Mo)

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 15:1-34

Une fin sans espoir, ou un espoir sans fin ?

Au début du 19ième siècle le président américain Thomas Jefferson écrivit un petit livre. C'était une simple copie des quatre évangiles, sauf que Jefferson a éliminé toutes les références aux événements spirituelles de la vie de Jésus. Dans son livre il n'a laissé que les enseignements de Jésus. Les derniers mots dans le livre de Jefferson étaient "Joseph prit le corps, l'enveloppa d'un linceul blanc, et le déposa dans un sépulcre... Puis il roula une grande pierre à l'entrée du sépulcre, et il s'en alla". Ce sont des versets tirés de la fin de Matthieu 27.

Souvenez-vous de ce que vous faisiez le 26 octobre 2008 ? C'était un dimanche et si vous étiez ici je vous ai parlé de 1 Corinthiens 2:1-16. Vous pouvez cette prédication ici. A part le fait que cela montre combien de temps nous avons passé dans le livre de 1 Corinthiens, quelle était l'importance de la prédication de ce jour-là ? Nous avons regardé la croix qui est le logo du Christianisme. Elle nous rappelle les souffrances et la mort de notre Seigneur Jésus. Je vous ai dit que la croix est au centre de tout ce que nous proclamons dans l'église. Sans la croix il n'y a pas de salut, il n'y a pas de pardonne pour notre péché. Mais la croix n'est pas toute l'histoire. Il y a un autre logo que nous devons ajouter - ce logo est le tombeau vide. La grande pierre que Joseph d'Arimathée a roulée à l'entrée du sépulcre de Jésus n'est pas restée à sa place. La pierre a été bougée parce que Jésus, le troisième jour, est ressuscité.

Jefferson, quand il a arrêté son livre à Matthieu 27:60, croyait réduire la bible aux choses les plus essentielles. Mais sans la résurrection de Jésus tout le reste tombe à l'eau. Même la mort de Jésus n'a pas de sens s'il n'y a pas de résurrection.

Pour une raison plus ou moins inconnue, les Corinthiens sont arrivés à l'idée qu'il n'y a pas de résurrection. Paul, dans le chapitre 15, va les montrer les conséquences de cette croyance erronée. Le titre du message ce matin est "Une fin sans espoir, ou un espoir sans fin ?". Ce que nous croyons de la résurrection va déterminer comment nous vivons - avec de l'espoir ou sans espoir. Lisons ensemble 1 Corinthiens 15:1-34.

Avant de regarder en plus de détail ce que Paul dit aux Corinthiens il y a une question de base à poser. Qu'est-ce que la résurrection ? Pour répondre à cette question il faut poser une autre : Qu'est-ce qui se passe quand un chrétien meurt ? Nous disons qu'il est parti et qu'il est maintenant avec Jésus au ciel. Quand nous disons cela, nous parlons de son esprit. Son corps est considéré comme une écale. Ce n'est plus la personne, c'est une chose vidée, inutile. Mais, selon la bible, un jour, quand Jésus reviendra, notre corps sera ressuscité, et nous allons habiter de nouveau dans ce corps ressuscité. La meilleure chose pour ceux qui souffre de diverses maladies, mais pour nous tous : Ce corps sera fait parfait, comme nous allons voir quand nous regardons la deuxième partie de ce chapitre.

Dieu ne prévoit pas pour son peuple une éternité sur un nuage avec des ailes et avec une harpe. Ce qui est l'image que nous gardons souvent du ciel - un lieu d'éclairage doux et un ennui sans fin. Non, notre destin est d'être encore une personne physique, fait de chair et d'os. Au plus simple, la résurrection c'est le moment qu'une personne qui est mort reprend la vie. Cette croyance est basée sur le fait que Jésus lui-même a été ressuscité d'entre les morts par la puissance de Dieu le Père

Les faits de la résurrection

Au début des travaux sur le nouveau bâtiment de l'église, quand l'entrepreneur à creusé des trous dans quelques murs nous avons constaté qu'une fissure est apparue dans le mur près de la porte d'entrée. Cela semble être assez grave, et pour finir ce n'est pas quelque chose qu'on veut vraiment voir dans un bâtiment, mais le bâtiment est, quand même, solide. Il ne va pas s'écrouler.

Il semble que la foi des Corinthiens était, quelque part, fissurée. La résurrection fait partie de l'évangile - la bonne nouvelle à propos de Jésus Christ. Paul dit aux Corinthiens qu'ils ont déjà reçus cet évangile. Ils l'ont entendu de la bouche de Paul lui-même et ils l'avaient accepté. Mais il semble qu'ils n'ont pas totalement saisi tout ce que Paul leur disait. Ils n'ont pas tout compris et maintenant, par ce manque de compréhension, ils risquent de se détourner de la foi que Paul les a enseigné. Jusqu'à ce point Paul peut dire des Corinthiens qu'ils ont persévérés dans la foi.

Ils sont bien fondés, ils sont sauvés, mais ils ne sont pas sans problèmes, comme notre bâtiment. Il y'a des fissures, c'est assez grave, mais la foi des Corinthiens ne va pas s'écrouler - s'ils prêtent attention à ce que Paul dit sur la résurrection. Les Corinthiens doivent saisir et retenir ce que Paul dit. Retenir veut dire qu'ils agissent selon ce qu'ils avaient entendu. Ce n'est pas suffisant d'écouter et puis ne rien faire, il faut agir, mettre en pratique les paroles de Paul - c'est à la fin de notre passage que Paul va les montrer les conséquences pratiques de ce qu'ils croient sur la résurrection.

Avant d'arriver à ce point-là Paul va réexpliquer les faits de la résurrection. Paul rappelle aux Corinthiens que, pour finir, la résurrection de Jésus avait lieu dans un contexte historique. A un certain moment, à un certain lieu Jésus a été crucifié. Trois jours après il a été ressuscité. Un point important à noter pour plus tard c'est que Jésus lui-même n'était pas l'auteur de cet acte - Dieu le père l'a ressuscité.

Il y a quatre points sur lesquels Paul insiste quand il parle de Jésus: Il est mort. Il a été enseveli. Il est ressuscité. Il est apparu. L'enterrement de Jésus donne la preuve de sa mort. Son apparition à beaucoup personnes donne la preuve de sa résurrection. Comme il est écrit dans Actes 1:3 "Après qu'il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu".

Au moment que Paul a écrit sa lettre aux Corinthiens il était encore possible de trouver des gens qui étaient témoins de tout ce qui s'est passé ces jours-là. S'ils voulaient, les Corinthiens auraient pu poser des questions à ces témoins. Ils auraient pu découvrir que ce que Paul disait n'était pas une invention ou une histoire fictive. Paul donne une liste impressionnante de témoins. Il y en avait plus que 500, y compris tous les apôtres!

Certains croient que les apparitions de Jésus n'étaient rien que des hallucinations, les gens qui voulaient tellement revoir Jésus qu'ils se sont fait des illusions d'avoir vraiment vu Jésus. Mais plus que 500 personnes avec la même hallucination ? Ce n'est pas possible. Nous pouvons aussi dire que le fait qu'il y avait autant de témoins nous rassure. Chacun des témoins dit la même chose sur la résurrection de Jésus. Les témoins sont unis. Il n'y avait pas trente-cinq versions différentes de ce qui s'est passé, s'il y en avait l'ensemble n'aurait pas tenue - le nouveau mouvement de "Christianisme" aurait s'effondrer à cause des rivalités entre tous les témoignages.

La dernière personne sur la liste est Paul lui-même. C'est paroles sont alarmantes : "il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton; car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu." Que veut dire "avorton" ici ? Il semble que Paul s'est considéré comme un enfant mort jusqu'à ce qu'il ait trouvé une nouvelle vie en Jésus-Christ. L'avorton est devenu l'enfant adopté de Dieu. Cette nouvelle vie qu'il vivait était seulement possible par la grâce de Dieu. Et c'est la grâce qui se trouve au cœur de ce que Paul dit aux versets 9 à 11.

Paul n'était pas propre à la tâche d'être Apôtre. C'était Dieu qui l'a choisi. C'est Dieu qui l'a accordé sa grâce de devenir, premièrement son enfant, et deuxièmement son représentant. Dieu a pris l'homme qui était détesté par l'église pour ses actes abominables, et il a fait de lui un des plus grands des apôtres. L'indignité de Paul d'être apôtre est surmonté par la grâce de Dieu. Et c'est par la grâce de Dieu qu'il a pu travailler et souffrir. Il ne se vante pas quand il dit "j'ai travaillé plus qu'eux tous". Il ne croit pas que, par son travail ardu, il rembourse Dieu pour sa grâce. Non, par amour pour celui qui l'a sauvé il travaille de tout son cœur.

Un commentateur a dit que les actions de Paul sont comme "l'enfant qui donne, avec joie, un cadeau à son père ou sa mère qui a été acheté avec l'argent de ses parents". C'est l'allemand Martin Luther qui a dit "Tout ce que je suis et ce que je sais faire, tout ce que je possède et que je présente n'est, est ne sera, rien que la grâce de Dieu". Je crois que l'Apôtre Paul aurait été d'accord avec les paroles de Luther.

Paul termine son introduction en rappelant simplement aux Corinthiens qu'ils ont cru a ce que Paul leur avait dit. Maintenant ils doivent approfondir leur compréhension du sujet et vivre à la lumière de ce qu'ils disent croire.

S'il n'y a pas de résurrection - les conséquences théologiques

A partir du verset 12 Paul se tourne vers la question des conséquences pour notre foi si Jésus n'avait pas été ressuscité. C'est au verset 12 que nous trouvons à quel problème Paul s'adresse. Certains des Corinthiens disaient, en fait, qu'il n'y a pas de résurrection des morts. Nous ne savons pas exactement pourquoi les Corinthiens disaient ceci. Il est possible qu'il y ait eu un décès dans l'église et les gens ont commencé à se poser des questions à propos de ce qui se passe, pour un chrétien, après la vie. Quoi que ça soit la raison pour la croyance des Corinthiens au sujet de la résurrection, Paul va expliquer pourquoi la résurrection est si importante pour la foi chrétienne. Il a déjà établi que Jésus lui-même a été ressuscité, il va montrer maintenant que cela à des implications pour nous tous.

Paul propose six conséquences à la croyance des Corinthiens qu'il n'y a pas de résurrection. Les conséquences sont bâtis l'un sur l'autre. Premièrement, "s'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité". Tout de suite il y a un problème. Les Corinthiens ne disent pas qu'ils croient que Jésus n'est pas ressuscité mais c'est la conséquence logique de ce qu'ils croient. Si ils réfléchissent vraiment à ce qu'ils pensent à propos de la résurrection, ils vont voir qu'ils minent la pierre angulaire de leur propre foi - la résurrection de Jésus lui-même. Il n'est pas possible de nier, en générale, la résurrection des morts et puis dire que Jésus est ressuscité. C'est absurde et illogique.

Mais il y a pire... "si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine". Sans la résurrection la foi chrétienne est vidée de tout sens. Partager l'évangile devient inutile parce que ce n'est qu'un mensonge. Tout le travail des apôtres n'est rien qu'une perte de temps parce qu'il n'y a rien à partager. Comme quelqu'un a dit "Enlever la résurrection de Jésus et il ne reste rien sur laquelle bâtir la foi - seulement le corps décomposé d'un ouvrier juif devenu rabbin.
Et tout ce que nous croyons ? Si Christ n'est pas ressuscité vous gaspillez votre temps ce matin en venant à l'église. Votre foi ne vaut rien, elle est creuse, elle n'a ni valeur ni efficacité. Il vaut mieux retourner à la maison pour regarder le foot.

Puis Paul dit "Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu." S'il n'y a pas de résurrection ceux qui prêchent l'évangile sont menteurs. Ils contestent le véritable caractère de Dieu en lui attribuant des choses qu'il n'a jamais fait. C'est une position périlleuse pour ceux qui croient parler pour Dieu.

Paul continue, et nous pouvons sentir qu'il arrive au point culminant de ce qu'il veut dire. "Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés." Sans la résurrection de Jésus il n'y a pas de pardonne de notre péché. Nous sommes toujours sous l'emprise de notre nature humaine qui se rebelle à Dieu. "et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus." C'est peut-être la phrase la plus terrifiante de ce que Paul dit dans ces versets. S'il n'y a pas de résurrection ceux qui sont morts, sont morts. Il n'y a pas de "au-delà". La mort marque la fin. Tous les membres de notre famille, tous nos amis qui sont décédés ne sont que des corps inanimés. Pour ceux qui étaient chrétiens il n'y a même pas de ciel, tout simplement. Sans la résurrection nous avons donc bonne raison d'avoir peur de la mort. Ce moment qui va nous arriver tous c'est la fin de tout ce que nous sommes.

C'est peut-être pourquoi les paroles de Paul au verset 19 sont si tranchantes: "Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes." S'il n'y a pas de résurrection nous n'avons plus d'espérance en tant que chrétiens. Nous avons travaillés et soufferts pour rien. Il ne nous reste que du désespoir.

Thomas Jefferson a retranché la résurrection de Jésus de sa version des évangiles. Il ne lui restait que les enseignements moraux de Jésus. Est-ce que c'est tout ce que nous faisons ? Est-ce que nous suivons un guru mort qui n'avait que de bonnes idées sur comment vivre ? Est-ce que notre vie à de sens ou de signification ? Au début de 1 Corinthiens Paul a dit: "nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens". S'il n'y a pas de résurrection le monde a raison, il n'y a qu'une seule conclusion - nous sommes fous! Sommes-nous fous ? Non, mais ce que nous croyons au sujet de la résurrection à beaucoup d'importance.

Mais Christ est ressuscité...

Paul a posé la question "Et s'il n'y avait de résurrection ?" et donné ses réponses. Nous pouvons bien imaginer qu'il fait une petite pause avant de se lancer dans ce qu'il veut dire par la suite. Au verset 20 nous lisons "Mais maintenant..." Nous sommes en suspens.

"Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang."

Christ est ressuscité des morts, il est vivant est cela a des implications profondes pour nous. Que veut dire prémices au verset 20 ? Normalement les prémices sont comprises d'être la première partie de la récolte à la moisson. Les prémices sont la garantie que le reste va suivre. La résurrection de Jésus est notre garantie que nous avons un avenir après la mort. Sa résurrection est la promesse que nous serons, par la suite, ressuscités. Un jour, si le Seigneur ne revient pas avant, nous mourrons tous. C'est inévitable. Comme l'on dit, la mort c'est la statistique ultime - une personne sur une meurt. Mais pour ceux qui sont en Christ la mort n'est pas la fin de l'histoire. Il y aura une suite, quelque chose qui vient après. A la mort nous ne disons pas "Adieu" mais "Au revoir" à ce monde, à notre famille, parce que nous allons revoir la vie.

Nous connaissons bien, j'imagine, l'histoire d'Adam et Eve et tout ce qui s'est passé au jardin d'Eden. Au moment que Eve a pris le fruit défendu pour le manger, au moment qu'elle l'a donné à Adam et il l'a accepté, le péché est entré dans notre monde. Adam et Eve ont ignorés les commandements de Dieu et nous en vivons les conséquences. La conséquence la plus grave du péché c'est la mort. Dans Genèse 3 Dieu parle à Adam, qui, en tant que le premier homme est le représentant de toute la race humaine. Il est écrit "Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre: Tu n'en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs. C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière."

Ce jugement divin est d'application pour tous parce que chacun de nous est né "en Adam". Nous sommes comme lui et nous partageons la même nature que lui. Tout être humain est, par nature, un rebelle contre Dieu. Sauf s'il intervient dans notre vie, nous résistons tous à Dieu et à ce qu'il nous demande - sans exception. C'est pourquoi Paul dit "tous meurent en Adam".

Mais il ajoute "mais aussi tous revivront en Christ". Tous ceux qui sont "en Christ", c'est à dire ceux qui appartiennent à Jésus, partageons la promesse d'une nouvelle vie avec Christ après la mort. A la croix Jésus a triomphé sur le péché et la mort, et nous partageons sa victoire. Nous pouvons dire qu'un homme, Adam, a provoqué le problème. Un autre, Jésus-Christ, a apporté la solution. Comme la mort est inévitable pour ceux qui sont "en Adam", la résurrection est inévitable pour ceux qui sont en Christ. Avec cette phrase Paul souligne aussi l'humanité de Jésus. Jésus était comme nous, il est devenu un homme capable de compatir à nos faiblesses et à nos échecs, mais lui, il était parfait.

Tout à l'heure je vous ai dit que s'il n'y a pas de résurrection nous avons bonne raison d'avoir peur de la mort. Mais maintenant ? Sachant qu'en Christ nous avons une garantie que nous serons ressuscités... la mort ne détient plus de pouvoir sur nous. C'est un adversaire vaincu.

Et ce fait, le fait que la mort est défaite nous montre la puissance de Dieu. Au verset 24 nous apprenons que, lors de son avènement, Christ va remettre "le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance." Il n'y aura plus rien qui s'oppose à Dieu au moment que Jésus ne revienne. Christ le vainqueur reviendra et "tout genou fléchira dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et toute langue confessera que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père".

Et "Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort". Pourquoi la mort est-elle notre ennemi et l'ennemi de Dieu ? C'est parce que la mort est le résultat du péché de l'homme. C'est une puissance qui s'oppose à Dieu parce que ce n'était jamais l'intention de Dieu que sa création souffre ainsi. Quand ce dernier ennemi soit vaincu et anéanti tout l'univers verra que Dieu est souverain, au-dessus de toute puissance et autorité.

Il y a beaucoup plus à dire à propos des versets 22 à 28. Mais nous n'avons pas le temps ce matin pour tout examiner. La chose essentielle à retenir de mon exposé bref de ces versets c'est que Dieu va mettre tout en ordre au moment où Jésus reviendra. La création sera restaurée, elle sera comme Dieu l'avait créée, et nous qui sommes "en Christ" vivrons dans cette création renouvelée. Les paroles de l'Apôtre Jean dans le livre d'Apocalypse sont, pour moi, toujours très poignante et réconfortante quand nous abordons ce sujet : "Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles". Le Dieu de paix et d'ordre du chapitre 14 va tout remettre en ordre et établir la paix dans son royaume pour toute l'éternité.

S'il n'y a pas de résurrection - les conséquences pratiques

Paul a déjà parlé des conséquences théologiques, c'est-à-dire, l'effet que la croyance des Corinthiens puisse avoir sur leur foi. Maintenant il se tourne vers les choses pratiques, c'est-à-dire, comment vivre à la lumière de la résurrection de Christ et la promesse que nous serons ressuscités.

Au verset 29 nous trouvons une idée qui nous semble assez bizarre. Paul parle de ceux qui se font baptiser pour les morts. Il ne donne aucun critique et ne fait pas de correction, il observe simplement que certains font cette chose. Qu'est-ce que c'était le baptême pour les morts ?

En fait, nous ne savons pas. Quand on étudie ce passage il devient évident que personne ne sait ce qui se passait. Il y a, au moins, 40 interprétations de ce que veut dire ce verset. Je ne vais même pas essayer des les énumérer. Aucune n'est très convaincante, chacune amène des nouvelles difficultés. La seule chose que nous puissions dire c'est qu'il semble que certains à Corinthe se faisaient baptiser, par procuration, pour des personnes qui sont déjà morts. Qui n'ajoute pas grande chose à ce que Paul a déjà écrit!

Ce qui est important c'est que Paul met un grand point d'interrogation sur cette pratique. Si les Corinthiens ne croient pas qu'il y aura une résurrection des morts, pour quoi faire quelque chose pour ceux qui sont déjà morts ? C'est inconsistant et c'est inutile. Pour les défunts la vie est finie, il n'y a plus rien que l'on puisse faire pour eux. Cependant, les Corinthiens qui ne croient pas à la résurrection se font baptiser pour les morts.

Pour nous, nous ne faisons pas baptiser pour les morts. Je ne saurai même pas quoi faire! De toute façon, ce n'est pas quelque chose que nous allons commencer à faire, cela je peux vous assurer. Mais il y a un principe qui se trouve dans les paroles de Paul. C'est ceci: S'il n'y a pas de résurrection toutes nos activités religieuses ne valent rien. Elles sont inutiles, nous ne faisons que des gestes sont signification. Ceux qui sont venus tôt ce matin pour aider à mettre les chaises en place pour notre culte... vous avez gaspillé votre temps. Vous aurez pu faire la grasse mat. Ceux qui jouent la musique, vous avez gaspillé votre temps, vous aurez plus de chance si vous allez jouer à la grande place pour les touristes. Vous qui êtes venu pour louer le Seigneur, pourquoi êtes-vous venus ? Toutes ces choses ne valent rien s'il n'y a pas de résurrection.

Puis Paul parle de quelque chose plus personnel. S'il n'y a pas de résurrection pourquoi a-t-il fait tant de choses pour le Seigneur ? Pourquoi a-t-il mis sa vie en danger ? Pourquoi a-t-il tant souffert ? Les bêtes à Éphèse contre lesquelles il a du combattre sont ceux qui se sont mises en opposition à son travail dans cette ville-là. Ces gens menaçaient la vie de Paul parce qu'il proclamait l'évangile de Christ. Pourquoi continuer si tout ce qu'il proclame est fondé sur un mensonge ? Dans les versets 30 à 32 Paul parle des choses qui lui sont arrivées pendant son ministère. A la fin de son ministère Paul a dit "J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là." Mais, s'il n'y a pas de résurrection, il n'y aura pas de jugement et il n'y aura pas de récompense - la couronne de justice n'est qu'un rêve ou un mythe.

Encore une fois, qu'est-ce que cela veut-il dire pour nous ? Tous nos efforts, tout notre travaille, toute notre souffrance pour le Seigneur ne valent rien s'il n'y a pas résurrection. Je crois que chacun de nous a un moment ou un autre se demande s'il fait quelque chose d'utile pour le Seigneur. En tant que pasteur j'ai parfois des doutes à propos de tout ce que je fais. Je me demande s'il valait la peine de me déplacer, et de déplacer ma famille, jusqu'à ici pour servir le Seigneur en Belgique. Je ne dirai pas que nous souffrons beaucoup mais il est certain que des choses auraient étaient plus simples pour nous en Angleterre - si seulement parce que nous trouvons que parler en anglais est, quand même, un peu plus facile pour nous que parler en français. Quand j'ai de tels doutes je dois m'arrêter et dire "Non, tout ceci vaut la peine, parce que je crois que Jésus est ressuscité. J'ai un message qui vaut la peine à déclarer."

Puis à la fin du verset 32 Paul pousse son argument à sa conclusion logique: "Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons." Paul cite soit Esaïe 22:13, soit l'écrivain grec Ménandre. Peu importe. Qu'est-ce qu'il veut dire ? Simplement ceci. Si la vie ici-bas sur terre c'est la seule chose que nous avons, cherchons à nous faire plaisir à tout prix. Comme j'ai mis pour le titre de ce message, sans la résurrection nous n'avons qu'une fin sans espoir, il faut donc profiter de tout moment pour nous amuser et pour nous rendre heureux. C'est idée est ce que nous appelons le hédonisme - la doctrine selon laquelle le plaisir doit être le seul but de la vie.

Et cela a des conséquences pour la moralité. Entre parenthèses, je ne veux pas dire ici qu'être heureux est mauvais. La vie chrétienne n'est pas moche et ennuyante, au moins, elle ne le devrait pas être. Mais la vie chrétienne est une vie de service et de sacrifice. Comme nous avons vu plusieurs fois au chapitre 14, tout ce que nous faisons est fait pour le bien des autres. Cela va directement à l'encontre de l'hédonisme qui dit "Moi d'abord".

Conclusions

Paul termine son discours avec quelques paroles sévères pour le Corinthiens. "Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte."

Comme nous avons vus ailleurs dans le livre de 1 Corinthiens, certains des chrétiens de Corinthe croyaient qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient au nom de la liberté. C'était peut-être ces gens-la qui croyaient aussi que il n'y a pas de résurrection. Quoi qu'il en soit, la croyance erronée des Corinthiens semble avoir produit des problèmes dans l'église.

Certains fréquentés des gens de mauvais caractère et ne voyait pas que cela soit un problème. Ils ne voyaient pas que passer du temps avec des gens qui ne connaissaient pas Dieu minait et sapait leur foi. Ce qui est ironique dans la situation c'est que ces gens libérés croyaient aussi avoir beaucoup de connaissance, mais Paul dit qu'ils sont ignorants, ils ne connaissent pas Dieu. S'ils connaissaient Dieu, comme ils réclamaient, ils ne feront pas ces choses qui sont en contradiction avec la parole de Dieu. Encore un petit mot entre parenthèses ici. Il y a quand-même une différence entre "les mauvaises compagnies" et connaitre des non-croyants quelconques. Nous avons besoin d'être en contacte avec des non-croyants, être leurs amis comme Jésus lui-même était connu comme "l'ami des pécheurs". Mais nous ne devons pas leur ressembler dans ce qu'ils font. Fin de parenthèses.

Et puis, au verset 34, Paul cri "Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable". Ce qu'il dit est ce qu'on disait aux ivrognes. C'est l'équivalent grec de la phrase française "Tu as besoin de dessouler". Je crois que Paul se sert de cette phrase pour une raison pratique aussi bien que pour un usage métaphorique. Nous avons vu au chapitre 11 que certains des Corinthiens, au moment de la Sainte Cène buvaient trop. Pendant que les autres partageaient la cène ils étaient bourrés dans le coin. Et cela était toléré par l'église. Il me semble que Paul, avec son choix de paroles, voulait viser ceux qui croyaient qu'il soit acceptable qu'un chrétien puisse boire au point d'être complètement imbibé. Pour les autres, c'est une métaphore: ceux qui restent dans le péché deviennent, comme des ivrognes, ignorants de leur état. Ils ne reconnaissent pas dans quel danger ils se trouvent. Ils ont besoin que quelqu'un vienne les secouer et les faire revenir à la raison. Pour faire cela il faut exposer la nature de leur erreur et de leur péché. Et c'est cela que Paul a fait dans ce chapitre.

A cause de la gravité de la situation Paul est prêt même à dire aux Corinthiens que ce qu'ils font est honteux. C'est une proclamation forte et dérangeante pour ceux qui vivent dans une culture qui fait, comme nous avons déjà vu, grand cas de l'honneur et de la honte. Paul dit que par leur comportement ils se trouvent parmi ceux qui sont de mauvaise réputation qu'il ne faut pas fréquenter. Ce n'est pas une bonne position pour ceux qui devraient être la lumière du monde dans la ville de Corinthe!

Pour terminer. Il est vrai que sans la résurrection il ne vaut pas la peine de vivre une vie sainte, une vie qui plaît à Dieu. Mais, Jésus est ressuscité, il faut alors que nous vivions comme des gens qui croient à cette vérité.

Premièrement, notre foi est fondée sur un événement réel et historique. Si nous suivons ce que Paul a dit nous pouvons voir que notre foi est raisonnable, même logique. Elle n'est pas basée sur les sentiments ou les mythes imaginaire, bien que les sentiments ont leur place dans ce que nous sommes et ce que nous faisons.

Deuxièmement, nous avons un avenir et une espérance. Notre destin n'est pas d'être mangé par les vers de terre, c'est d'être transformé et vivre pour toujours dans un corps renouvelé avec notre Seigneur.

Troisièmement, et par conséquent, nous ne pouvons pas chipoter ou jouer avec le péché comme si cela ne fait rien. Notre foi, notre croyance à la résurrection de Jésus a des grandes implications pour notre façon de vivre.

Dernièrement, je crois que nous devons tenir fermement cette croyance à la résurrection de Jésus, et notre résurrection future, même devant un monde hédoniste et incrédule qui va se moquer de nous. Il vaut la peine!


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications